Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié le par Jocelyn

 

 

Le-crime-de-l-orient-express-copie-1.jpg

Hercule Poirot revient d'une affaire qu'il a résolu en Syrie mais est rappelé de toute urgence à Londres et obtient in extremis une place de train sur l'Orient-Express Istanbul-Calais, exceptionnellement bondé en cette saison. Alors que le train est immobilisé en rase campagne à cause d'une congère, l'un des des passagers du wagon-lit, l'antipathique M. Ratchett, est retrouvé poignardé dans son compartiement d'une douzaine de coups de couteau.

 

  Avec ce livre, je m'attaque à résumer LE livre d'Agatha qui m'avait le plus marqué étant jeune. Le roman est construit méthodiquement, première partie : les faits, deuxième partie : les témoignages (un chapitre par témoin), troisième  partie (le dénouement). Cette construction cartésienne a probablement beaucoup contribué au plaisir que j'avais eu à lire ce livre : j'étais inévitablement poussé à mener moi-même l'enquête. Quant à la solution à l'enigme, elle fait partie des plus célèbres d'Agatha. La relecture du bouquin me laisse un peu sur ma faim, car à y regarder de plus prêt, la résolution de l'enigme relève finalement davantage de suppositions de Poirot  plutôt que d'une démonstration cartésienne sans faille.

 

LES FAITS

20h45, gare de Belgrade. Hercule Poirot quitte le compartiment qu'il partageait avec Hector MacQueen pour occuper le compartiment n°1.

 

0h37 : réveil d'Hercule Poirot suite à une plainte stridente toute proche. La sonnette appelant le personnel du wagon-lit (Pierre Michel) retentit peu après. Poirot entrouvre la porte et aperçoit Pierre michel en train de frapper à la porte de M. Ratchett jusqu'à ce qu'une personne d'un compartiment voisin ne dise en français :"Ce n'est rien, je me suis trompé.". Puis Pierre Michel se dirige vers le compartiment de Mme Hubbard, qui l'avait sonné. Poirot entend par la suite Ratchett s'agiter dans son compartiment, et utiliser le lavabo. Il entend également des pas étouffés dans le couloir, sûrement des pantoufles.

 

1h15 : Mme Hubbard sonne avec insistance pour appeler Pierre Michel. Celui-ci vient la rassurer. Poirot en profite pour se faire amener de l'eau. Le train est immobile, bloqué par une congère depuis quelques minutes. Quelques instants plus tard, Poirot entend un bruid sourd dans le couloir. De sa porte, il voit au loin dans le couloir une femme drapée d'un kimono écarlate.

 

11h : Masterman, le valet de chambre veut entrer dans le compartiment de son maitre, mais il est fermé de l'intérieur. On finit par retrouver M. Ratchett mort. La fenêtre était ouverte mais il n'y a aucune trace dans la neige. M. Ratchett a été poignardé d'une douzaine de coups de couteau, plus ou moins profonds. Les coups laissent à penser qu'il y a eu deux meurtriers : un gaucher et un droitier. Dans la poche de la victime, une montre est retrouvée, portant les traces de marque de coups, avec les aiguilles bloquées sur 1h15. M. Ratchett possédait un pistolet mais celui-ci est resté sous l'oreiller. La victime a peut-être été droguée vu l'odeur du verre vide retrouvé. On retrouve également deux allumettes de forme différente dont une seule appartient à la victime, un mouchoir féminin avec une initiale H, et un nettoie-pipe qui n'appartient pas à la victime. Beaucoup trop d'indices bien en évidence pour la sagacité de Poirot, mais aucune trace de l'arme du crime. Enfin, Poirot réussit à faire parler un bout de feuille calciné " ...viens-toi de la petite Daisy Armstrong.", probablement le seul indice dont on est sûr qu'il ait été involontairement laissé par l'assassin.

 

L'affaire Armstrong : Daisy Amstrong est une petite américaine de 3 ans enlevée puis assassinée malgré une rançon. Un fait divers tragique qui avait déchainé les passions puisque la mère est décédée peu après des suites de son accouchement prématuré et que le père s'est suicidé de désespoir. La bonne s'était quant à elle défenestrée. Le principal suspect du meurtre de la petite fille, Cassetti, avait bien été arrêté mais il a usé d'influence pour échapper à la condamnation et refaire sa vie sous une autre identité avec l'argent qu'il avait soutiré. Il ne fait aucun doute que M. Ratchett et Cassetti ne font qu'un.

Plan de la voiture de l'orient express 3

 

LES SUSPECTS (dans l'ordre chronologique de leur témoignage, excepté pour les deux derniers, pour l'instant introuvables)

Pierre-Michel.jpg Pierre Michel, personne en charge du wagon-lit où s'est produit le meurtre de M. Ratchett. Française de Calais, il travaille pour la compagnie des wagons-lits depuis 15 ans. Il avait une vue sur tout le couloir du wagon-lit. Son témoignage est conforme à ce qu'a vu Poirot. Il précise que le train s'est immobilisé vers 0h45, qu'il a discuté dans un autre compartiment et qu'il est revenu vers 1h15 quand Mme Hubbard a appelé. A vu une dame en kimono aller aux toilettes. Vers 2h, a fait le lit de MacQueen qui discutait avec le colonel.    
MacQueen.jpg Hector MacQueen : secrétaire de M. Ratchett depuis un an il fait office de traducteur pour ses affaires. Il habite New-York et se doute que son patron fuit quelque chose. Est resté dans compartiment en compagnie du colonel jusque 2h. A cru voir passer une femme en rouge dans le couloir. Le père de MacQueen était le procureur en charge de l'affaire Armstrong, coincidence tout de même très troublante.         
Masterman.jpg Edward Henry Masterman : valet de chambre de M. Ratchett depuis neuf mois. N'aime pas les étrangers et plus particulièrement les américains, y compris son patron. Il a entendu parler de l'affaire Armstrong mais ne se doutait pas que son patron y était mélé. A vu son patron pour la dernière fois vers 9h (son patron l'avait engueulé au sujet d'une lettre). A lu une bonne partie de la nuit suite à sa rage de dent, pendant que l'Italien qui partage son compartiment dormait.     
Hubbard.jpg Caroline Hubbard : américaine bavarde et exubérante.  Son compartiement possède un porte qui communique avec celui de la victime, sa trousse de toilette était accrochée à la poignée mais vers 22h30 elle a demandé à Greta de vérifier si la porte était bien fermée, car elle avait peur de Ratchett. A entendu une voix de femme dans le compartiment de Ratchett. Plus important, elle dit que le meurtrier était dans son compartiment, d'où son appel à 1h15. Elle a d'ailleurs retrouvé un bouton d'un personnel de wagon-lit ... et le poignard dans sa trousse.        
Greta-Ohlsson.jpg Greta Ohlsson : Missionaire suédoise, infirmière à Instanbul. Elle n'est jamais allée en Amérique. Dernière personne connue à avoir vu M. Ratchett vivant, car elle a ouvert la porte de son compartiment par erreur à 22h30 (il était en train de lire et a ri) puis est allée chez Mme Hubbard pour lui demander de l'aspirine (a vérifié la porte comme Mme Hubbard lui a demandé). S'est couchée vers minuit et est persuadée que Mary n'a pas quitté le compartiment commun.
Princesse-Dragomirov.jpg Princesse Dragomirov : habite Paris et revient d'Istambul avec sa femme de Chambre Hildegarde. Elle connait très bien la famille Amstrong puisque la mère de l'épouse décédée, grande comédienne, était l'une de ses meilleures amies. S'est couchée à 23h mais a appelé sa femme de chambre à 0h45 à cause de ses rhumatismes.  
Comte-Andrenyi.jpg Comte Andrenyi : a séjourné un an à Washington mais ne connait pas l'affaire Armstrong. Est allé au lit vers 11h et a dormi profondément jusqu'au matin.       
Comtesse-Andrenyi_modifie-1.jpg  Comtesse Elena Andrenyi née Goldenberg : beaucoup plus jeune que le comte (n'a que 20 ans), elle n'a absolument rien entendu car elle dormait. Est mariée depuis un an au comte. Une tache de gras sur son prénom lorsqu'on regarde son passeport, un H qu'on aurait masqué ?
Colonel-Arbuthnot.jpg  Colonel Arbuthnot : Anglais, de retour des Indes pour une permission. Ce n'est pas le genre à donner impulsivement douze coups de couteau. Notons  qu'il fume la pipe et possède des nettoies-pipes similaires à celui trouvé sur le lieu du crime. Il a découvert Mary Debenham et semble avoir quelques sentiments pour elle. A Discuté avec MacQueen puis est retourné dans son compartiement vers 1h45. N'a pas vu la femme en kimono mais pense en avoir senti le parfum lors de son passage.   
Hardman.jpg Cyrus Hardman : interrogé par Poirot il explique sans se faire prier que son costume de mauvais gout est une couverture  puisqu'il est détective privé à New York, de retour de mission d'Istanboul. Il a été engagé par Ratchett pour veiller sur lui suite aux menaces qu'il avait reçu. Ratchett se méfiait d'un homme de petite taille avec une voix haut perchée. mais Hardman ne connaissait pas la véritable identité de Ratchett. A surveillé les allées et venu pendant tout le voyage, na vu aucun étranger. Confirme que Pierre Michel s'est absenté 15 minutes. N'a pas évoqué de dame en rouge !  
Foscarelli-copie-1.jpg Antonio Foscarelli : italien naturalisé américain pour ses affaires, n'est pas étonné que Ratchett soit une crapule. A dormi dans son compartiment pendant les faits. S'est reveillé à plusieurs reprises, Masterman se plaignant apparemment de ses dents.
Mary-copie-1.jpg Mary Debenham : anglaise de 26 ans, revenant de Bagdad où elle était gouvernante. Les pieds sur terre, maitresse d'elle même, c'est la seule personne à garder son calme malgré les circonstances. A eu des propos mysterieux avec le Colonel Arbuthnot avant de monter dans le train : "pas maintenant, pas maintenant, quand tout sera fini ..." Depuis lors, le colonel et elle semblent s'ignorer.  Pendant la nuit, n'a pas vu Greta quitter le compartiment.
Schmidt.jpg  Hildegarde Schmidt : femme de chambre de la princesse Dragomirov, a dormi jusqu'à ce que sa maitresse la fasse chercher pour un massage. En a profité pour lui faire une lecture pendant une demi-heure puis est repartie se coucher. A alors croisé un personnel de wagon-lit qui l'a presque bousculé, mais ce n'était pas Pierre Michel, il était petit avec une voix fluette !!! 
Mystère L'homme de petite taille, à la voix haut-perchée, déguisé en conducteur de wagon-lit. Si cet homme est l'un des voyageurs, seul Masterman est de petite taille. Mais cela pourrait très bien être une femme ! La tenue (avec le bouton en moins) sera retrouvée dans les bagages de Hildegarde Schmidt.   
Mystère La femme en kimono rouge. Personne ne semble porter un kimono rouge. Le kimono sera retrouvé ...  dans le compartiment d'Hercule Poirot !!!

 

LA SOLUTION A L'ENIGME (SPOILER : mettre en surbrillance pour afficher)

Impossible de trouver un coupable puisque tous les suspects sont couverts par les autres témoignages.  Tout simplement parce que tous les suspects étaient dans le coup ! Poirot n'a plus alors qu'à jouer à la devinette pour trouver le lien qui lie chacun des suspects à la famille Armstrong. Pas pour rien qu'il y avait 12 coups de poignard, c'était la sentence d'un jury qui se vengeait des crimes commis. On comprend dès lors que le train soit inhabituellement plein en cette saison.

 

L'homme de petite taille à la voix perchée n'existait pas, cela devait être le coupable désigné. Mais le blocage par la neige a contratrié les plans : chaque voyageur risquait désormais d'être suspect, faute d'un suspect extérieur au train. Aussi, on a volontairement laissé deux indices visant les personnes les plus insoupçonnables. Le coup du kimono rouge visait également à semer le doute.

 

De manière inexpliquée, Agatha semble épargner la plus jeune des suspects, certes complice, mais qui est, on l'oublie souvent, la seule à ne pas avoir donner un coup de couteau contre la victime. Je trouve cela assez curieux, avec le recul, d'avoir voulu ainsi attenuer l'effet "ils etaient tous coupables !!!".

 

On note par ailleurs que Poirot se dessaisit bien vite de l'affaire, sans sourcillier. A croire que l'auteur donne caution à la vendetta de la famille Armstrong contre leur bourreau. Quoique trop lugubre, l'adaptation télé rend mieux compte des hésitations de Poirot du point de vue de la morale que ne le fait le livre. 

Commenter cet article

Young 24/08/2014 02:59

Intéressant

Catégories

Hébergé par Overblog